samedi 23 novembre 2013

Tout-Terrain Singletrailer - FR


 Prologue

Nous avons longtemps tergiversé avec Isabel avant de nous lancer dans l'achat du remorque pour Victor. La disponibilité d'un modèle de chez Chariot auprès du CE d'Isa, le fait que le printemps dernier n'a pas été des plus ensoleillé, limitant nos envies de balades à vélo ont repoussé d'autant notre décision. Et puis il faut avouer que le vélo (un peu raide, un peu étroit et un peu cassant) comme nous aimons le pratiquer se prête assez mal au tractage d'un attelage avec un gamin de 15 mois. Le début des vacances estivales arrivant à grand pas, le calendrier de réservation de la Chariot se remplit à vitesse grand V. La perspective de partir en vacances sans remorque et donc de ne pas pouvoir rouler ensemble nous poussent à accélérer notre prise de décision.
Ca fait un moment que la réflexion est engagée et pour répondre à notre souhait de continuer à rouler hors des routes goudronnées existe une solution: la Rolls des remorques pour gamin ou plutôt le Land Rover si on file la métaphore automobile à savoir une tout-terrain singletrailer. Les quelques retours que l'on trouve sur le net sont assez positifs, mais le prix conséquent nous a jusqu'à présent complètement refroidi. Le marché de l'occasion est inexistant et après six mois à scruter Leboncoin, troc-vélo et les enchères eBay allemandes, une seule conclusion, ce sera neuf ou ce ne sera pas. Mais en ce début d'été, l'envie de retrouver les sentiers si peu parcouru à deux depuis la naissance de Victor me font sauter le pas, quelques jours de forcing auprès d'Isa, un "si on l'achète pas pour nous alors je l'achète pour moi" plus tard et commande est passée auprès d'un revendeur outre-rhin. Je m'échappe quelques jours en solo dans les Alpes et à mon retour un gros carton nous attend.

Premières impressions

C'est encombrant...
Pas plus qu'une Chariot, mais différemment. Les Chariots (et consort) se replient généralement pour former une galette d'une quarantaine de centimètre d'épaisseur et une grande emprise au sol, là où la Singletrailer forme un parallélépipède un peu plus imposant mais à l'emprise moindre. On est pas mécontent d'avoir le fourgon dans ces conditions...

C'est pas très lourd. On reste sous les 10kg et c'est près de 30% de moins que les concurrentes. Cette première impression sera rapidement confirmée sur le terrain.

C'est bien fini et plutôt bien conçu (même si à l'usage certains petits détails agacent, on y reviendra un peu plus loin):
  • les mords de fixation respirent la solidité, entièrement monté sur roulement, il offre un grand confort de manipulation,
  • la finition du cadre est de très bonne facture,
  • on retrouve les incontournables moustiquaire et fenêtres PVC transparentes, la toile est toujours bien tendu et se met en place facilement,
  • pas de fanion de série mais tout une série de bandes réfléchissantes
  • une vrai roue rayonnée (pas beaucoup de rayon cependant, à voir en terme de durabilité) et un système d'attache rapide très astucieux,
  • une large béquille très stable.

Prise en main

Première étape: régler le harnais. Et ce n'est pas une mince affaire. Peut-être mon plus gros reproche, le réglage est réellement malaisé. Enfin bon on ne le fait pas tous les quatre matins, mais le premier contact avec l'engin m'a donné des sueurs froides...
Une fois celui-ci réglé à la bonne longueur/hauteur, il est temps d'atteler la bête. Bonne surprise, en dépit de ma sortie de selle assez faible, l'attelage se glisse en bas de ma tige de selle télescopique. Il restera donc à résidence jusqu'à nouvel ordre. Seul inconvénient cependant de ce montage, il ne permet pas aux trois roues de toucher le sol en même temps. Lorsque la remorque est vide la roue de celle-ci se soulève et lorsque la remorque est pleine la roue arrière du vélo se soulève. Il faut donc faire un petit peu attention au moment de charger Victor. Une fixation plus haut sur une tige de selle classique aurait raison de ce problème.
Il faut prendre soin de bien aligner la remorque avec le vélo, sinon celle-ci se retrouve de biais, la sensation n'est pas très agréable, ni pour le pilote (ça tire dans le guidon), ni pour le passager (ça penche même en ligne droite...).
Un fois la remorque en place, il ne reste plus qu'à la charger. De nouveau la conception très fermée de la remorque ne rend pas des plus simples la mise en place du marmot. Cependant une fois assis les boucles se manipulent aisément.
Victor embarqué
Premiers coups de pédales: Et là c'est la révélation! Rien à voir avec la Chariot qui me donnait parfois l'impression d'être attelée avec un ressort et d'osciller à l'arrière. La fixation est rigide et ne bronche pas. Il faut un peu ouvrir les virages car la remorque tend à plonger à la corde mais à part ça la sensation au roulage est très agréable et on ne ressent pas vraiment de gène hormis bien sûr le surpoids de l'ensemble. Cependant sur le plat cela reste très raisonnable. La première balade sur les quais de Rhône avec à l'arrière un Victor hilare balaiera d'un revers les doutes que je pouvais encore avoir. Cela promet de bon moments à trois.

Le test grandeur nature

Il est déjà temps de charger le fourgon direction la Bretagne où nous aurons l'occasion d'arpenter les pistes et sentiers du Pays Bigouden, de rouler sur les galets et entre les murets. A l'arrière, ça rigole, ça s'endort, ça commente, ça joue avec les feuilles, les fleurs et les cailloux ramassés à la pause, ça s'asperge avec la gourde mais en tout cas ça en donne pas l'impression de s'ennuyer.
Et à l'avant? A l'avant c'est le plaisir retrouvé de faire du VTT avec Isa et maintenant avec Victor, on adapte un peu les trajectoires, on ralentit un peu plus à l'abord de l'obstacle mais je me rends vite compte que Victor apprécie particulièrement les dépressions du terrain, les bosses ou les petits virages! C'est sûr que dès que la pente se raidit, c'est rapidement tout à gauche et tout rouge, mais d'après Isa c'est très bien, ça rééquilibre un peu. On poursuivra les vacances avec un petit tour en Catalogne lors duquel on mangera un peu plus de dénivelé (parfois un peu dans la douleur pour la bête de somme que je suis devenu...).



Quelques promenades dans les environs de Lyon depuis la rentrée de septembre et surtout une jolie sortie en montagne, bien qu'un peu fraîche, sur les hauteurs d'Autrans, le long des crêtes de la Molière. La montée sur petite route se fait bien, le parcours de crête demande par moment de forcer un peu, mais passe plutôt bien au final. La plongée dans le Bois de Combe Payraud confirmera les aptitudes tout-terrain de l'engin sur un sentier pas si large que ça avec un peu de pente. Par contre les trois épingles au moment de retrouver la piste m'ont laissé goûter à la galère de gérer le semi-remorque dans des sentiers trop tournicotants... Il va falloir être sélectif dans les topotages!



Epilogue

Aujourd'hui aucun regret d'avoir investi, la remorque tient ses promesses et nous a offert la possibilité de retrouver à trois les sentiers à VTT. Deux points cependant mériteraient d'être revus:
  • le système de harnais au réglage très peu ergonomique.
  • le système de maintien de la béquille: en effet celui-ci est très exposé et à plusieurs reprises a frotté contre divers obstacle, libérant la béquille et faisant sauter le ressort de rappel

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    suite à l'arrivée de notre première petite ce début d'hiver, nous somme en pleine recherche de la remorque idéale. Je trouve votre expérience plutôt sympathique et je souhaiterai avoir votre avis sur les 2 points suivants:

    -La remorque peut-elle être tirée à tour de rôle ou la pratique vous a imposé un tracteur (savoir-faire et système de fixation)?

    -A partir de quel âge ou poids conseillez-vous l'utilisation de la Single trailer?

    Merci pour vos réponses.

    Salutations et bonne route

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      La conduite de la remorque est assez aisée, c'est principalement la forme physique du tracteur qui fera la différence. Pour l'usage sur plusieurs vélos, il faudra acheter d'autres timons adaptés aux différentes tiges de selle(une vingtaine d'euros si mes souvenirs sont bons).

      Nous avons utilisé la remorque à partir de 11 mois pour nos enfants, mais des amis à qui nous l'avions prêté y ont mis leur fille de 6 mois moyennant l'usage d'une coque adaptée (http://www.lecyclo.com/velo/transport/remorque-velo/siege-et-housse-pluie/siege-bebe-coque-weber-pour-remorque-velo-enfant.html)

      Supprimer